La succession dans l’assurance vie peut se révéler très couteuse. Néanmoins il existe des moyens afin d’aider vos enfants ou héritiers à éviter de lourds droits de succession. C’est dans ce contexte que nous allons développer dans cet article les secrets d’une transmission de succession à moindre coût. Focus sur les mesures à prendre.

Il existe plusieurs précautions que vous pourrez adopter afin d’aider votre héritier à bénéficier de votre patrimoine. Parmi celle-ci on peut citer :

La carte du démembrement

Ce postulat de départ posé, vous permet de transférer de votre vivant tout ou une partie de votre capital ou patrimoine à vos héritiers grâce à plusieurs manières. Et l’une des manières est les bons outils pour la transmission de son entreprise qui a pour but d’octroyer la nue-propriété du bien tout en gardant l’usufruit en terme plus claire le droit d’utiliser l’actif et de bénéficier des revenus. Et le principal atout de cette opération n’est rien d’autre que la fiscalité. C’est ainsi qu’au décès de l’usufruitier les nus propriétaires bénéficient des propriétés sans payer des droits. Encore plus intéressant lorsque le démembrement est anticipé, cette solution devient encore plus intéressante en fiscalité.

Le mixage avec une société civile

Une autre solution est de détenir le portefeuille d’une société civile où l’usufruitier sera le gérant. Il a le plein droit vendre et de réinvestir comme il le souhaite sauf dans le mobilier. Le seul problème auquel il fera face est les plus-values taxables qui peuvent naitre au cours du transfert du compte titres vers la société dans le cas où le compte titre est démembré. Alors pour amortir le choc de la fiscalité, il est intéressant pour la société de garder les actifs financiers au sein d’un contrat de capitalisation où l’imposition se fait en cas de rachat.

Toujours dans le cadre de l’assurance vie, l’autre stratégie de transmission est la transmission de patrimoine qui permet de conserver le capital placé dans le contrat. Ici la transmission se fait seulement au décès du souscripteur où celui-ci à la possibilité de le racheter à n’importe quel moment et de consommer le capital. Avec une fiscalité avantageuse principalement sur les primes versées avant les 70 ans, et des abattements spécifiques qui ne tiennent pas en compte le lien de parenté entre le souscripteur et le bénéficiaire. C’est donc un excellent moyen.

Rendez-vous sur assurance-vie.eu pour Comparer les assurances vie